Brève

14 avril 2017

Pétition en faveur d'une pluralité ouverte dans les recherches, les langues et les formations en psychologie

Nous signalons la pétition publiée par la Conférence des publications de psychologie de langue française (CPPLF) en faveur d'une pluralité ouverte dans les recherches, les langues et les formations en psychologie. Les initiateurs de cette pétition n'admettent pas les orientations que semble s'apprêter à confirmer la seizième section du Conseil national des universités (CNU) pour la psychologie, lesquelles contribueraient en effet à occulter la dimension internationale et scientifique de la langue française pour la psychologie.

Dernier paragraphe de la lettre : « Promouvoir l'hégémonie d'une seule langue dans le monde et disqualifier les travaux publiés dans d'autres langues n'est pas acceptable. Encourager le plurilinguisme serait une toute autre démarche. Nous tenons à ce que le français soit une langue de référence privilégiée (loi Toubon n° 94-665 du 4 août 1994). C'est nécessaire pour garantir la transmission des avancées scientifiques pour les étudiants et les professionnels, ainsi que pour entretenir le rayonnement international de notre langue et de notre Université. »