Vu, lu & entendu

Intégration & cohésion sociales Evelyne Cuminal5 juillet 2015

De la nounou à la nanny

L’apprentissage de l’anglais en France tourne à l’obsession et le marché s’en empare. Voilà que dès la naissance, il faut que nos charmants bébés baignent dans l’anglais. Mais pourquoi donc ?

La réponse semble tellement évidente qu’on la déclare « naturelle » : il faut naturellement que vos enfants parlent anglais s’ils veulent accéder au monde du travail et rejoindre les rangs de ceux qui savent s’en sortir, n’est-ce pas ? Voilà pour les évidences. Mais des évidences qu’un petit détour vers l’arabe fait apparaître comme plus détestables encore que sottes.

Nous sommes en Corse : une institutrice imagine, pour la fin de l’année, un spectacle où chaque enfant ayant des origines hors de France chante une même chanson dans sa langue maternelle. Elle se chantera donc en espagnol, en français, en corse et en arabe. Seulement, bien sûr, la chanson de référence ne sera pas française, ni corse, mais… anglaise. Aucun anglophone (de langue maternelle) dans la classe, mais de cela, qui songerait seulement à s’étonner ? En revanche, on assiste à un tollé de certains parents qui découvrent que la chanson sera traduite en arabe : il est aisé d’imaginer quelle interprétation ils en donnent dans le contexte actuel.

Dans un raccourci hallucinant, l’arabe serait donc la langue, le modèle, pire, le paradigme du terrorisme.

Mais de quoi donc la langue anglaise est-elle le symbole ? Eh bien, s’il fallait lui appliquer le même raccourci qu’à l’arabe, ce serait celui du terrorisme économique, des krachs financiers, du dumping social (tiens donc, un mot anglais pour désigner la recherche du bas coût des travailleurs à l’autre bout du monde) et de la surveillance totale de la population (la NSA réside dans quel pays rappelez-moi ?). Bref, symbole contre symbole, avec l’anglais, sommes-nous sûrs de vivre dans un monde merveilleux ?

Mais pourquoi devrait-on accepter cette caricature de la langue arabe en lui faisant porter tous les maux et si peu de mots pour dire l’immense richesse qu’elle apporte à la culture du monde ? Pourquoi imagine1-t-on à l’inverse que le tout-anglais va ouvrir à notre progéniture un monde de développement personnel et de performance ?

Parents, sur ce dernier point au moins, rassurez-vous et ne dépensez pas une fortune pour l’apprentissage de l’anglais. Comptez sur la pression anglo-saxonne et ses médias. Vos enfants surfent sur le Web, regardent les séries (vous vous en désolez, mais 90% sont en langue anglaise) et certaines sont géniales, parait-il. Ils vont fréquenter des étudiants de tous les pays grâce à Erasmus, tandis que l’école se charge dès l’école primaire de mettre le globish (global english) à la portée de vos enfants et ce, durant toute leur scolarité. Alors n’hésitez pas, investissez plutôt dans une autre langue que l’anglais et vous verrez que cela fera la différence sur le CV de vos enfants le moment venu.

Evelyne Cuminal